• Les faits et les questions

     

    Gardes orbitaux, à vos postes de combat ! Catastrophe nucléaire en vue !!

     


    Alerte nucléaire

     

     1 - L'ARRIVÉE


     

    Alf fête ce soir là son anniversaire et s’apprête à sortir officiellement avec Rhonda. Quand soudain... une alerte générale retentit, annonçant l'imminence d'une catastrophe nucléaire. Une catastrophe en vue !

     

    Il se retrouve dans son vaisseau, éjecté de Melmac, embarqué dans sa propre catastrophe : perdu dans l'espace et s'écrasant sur terre dans la discrétion la plus totale. Pas d'explosion, pas de cratère : Même les si curieux Ochmonek ne réalisent pas qu'une catastrophe se produit à 5 mètres de chez eux. Vous avez dit étrange ? Quel genre de vaisseau peut s'écraser sur une maison sans provoquer la fermeture du quartier, voire de toute la région ?

     

    Notre univers lointain et proche est parcouru par d'innombrables météores : Plus de 80000 touchent notre sol . Mais ils sont généralement de très petite taille, assez petits pour subir l'attraction terrestre. Seuls les objets qui entrent dans notre atmosphère et sont capturés par la gravité terrestre peuvent TOMBER SUR TERRE. Et ils proviennent généralement de notre univers immédiat.

    Comparons le vaisseau d'Alf à un météoroïde et imaginons son comportement. Nos savants nous l'expliquent avec brio :

     

    « Un météoroïde pénètre dans l'atmosphère, à une vitesse qui varie de 11 à 72 km/s. La traînée atmosphérique provoque sa décélération jusqu'à une altitude de 20 km à partir duquel il s'éteint et réaccélère sous l'influence de la gravitation. Accélération et décélération s'équilibrent progressivement, il atteint sa vitesse finale, généralement de 90 à 180 m/s, lors de son impact ».

    Il faudrait donc que son vaisseau soit tombé en panne sèche après la pénétration du champ orbital terrestre, et ait dégringolé à cette vitesse cosmique. Et en imaginant un comportement semblable à celui d'une météorite plusieurs points peuvent etre soulevés :

    Même en subissant l'effet de freinage dû au frottement, le vaisseau aurait pris feu en entrant dans notre atmosphère - puisque sans angle de pénétration calculé par Alf et serait arrivé en fragments incandescents.

     

    En admettant qu'il n'ait pas brûlé, l'atterrissage aurait dû se solder par la formation d'un cratère d'au moins 10 m de diamètre,(nous comptons très serré) à une vitesse d'au moins 180 m/secondes

    Mais rien de tout cela n'est arrivé, et Alf est heureusement arrivé intact, dans un vaisseau intact, en assez bon état pour être loué quelques années plus tard, en douceur pourrait on dire....

     

    UN VAISSEAU INTACT, UNE ARRIVEE EN DOUCEUR : suspect, très suspect

     

    Nous avons donc déjà ici 2 raisons d'être perplexes, voire incrédules.

    Mais poursuivons courageusement :  

    Quelle pourrait être la probabilité pour que ce vaisseau Melmacien arrive chez nous qu'il soit en panne ou en bon état d'ailleurs ? Éjecté de l'amas de la Chevelure de Bérénice, ce vaisseau aurait du être soumis à plusieurs types d'attraction stellaires, heurté mille fois par des corps célestes en errance mus par leur propre énergie, s'embraser au contact de 1000 soleils...

    La probabilité est si minime que nous pouvons l'évaluer que comme étant strictement inférieure à 0,01 sur 1 milliard, autrement dit quasiment aucune.

    Or Alf réussi à parcourir plus de 230 années lumière dans un vaisseau tourbillonnant, dont le système de guidage est probablement endommagé par le souffle d'une explosion planétaire

     

    2 LA DURÉE DU VOYAGE DE GORDON SHUMWAY

      

    Supposons toujours (puisque ce qui est en bas est comme ce qui est en haut) qu'il se soit déplacé à la vitesse cosmique1 d'une météorite, telle que dans notre système solaire, comprise entre 11 et 72 km/s, et qu' il ait erré durant une année terrestre, sur une trajectoire de chute. Il parcourrait donc durant ce temps, sur la base de 72km à la seconde, une distance d'environ 438 000 kilomètres. C'est à peine plus que la distance de la Terre à la Lune. A cette vitesse, il serait encore en train d'arriver...

     

    Un an d'errance pour traverser une partie de l'hors galaxie et du système solaire, nous paraît à la fois peu et beaucoup. Peu au regard de nos véhicules les plus rapides, qui sont encore les avions, et beaucoup, au vu des distances que les melmaciens parcourent pour sortir le week end.

    Si nous partions de Pluton, nous savons qu'il nous faudrait, en allant à la vitesse de la lumière soit 300 000 km/s, 5,33 heures pour atteindre la terre. Et pour parcourir 230 a/l, à la vitesse de la lumière il nous faudrait 230 ans. 

    Ce voyage d'une année s'effectue donc dans des conditions de navigation optimale, à une allure supérieure des milliers de fois à la vitesse maximum que nous connaissons et qui est celle de la lumière (En effet, nous ignorons pour l'instant la vitesse à laquelle se déplacent les ténèbres, qui sont le contraire de la lumière) Gageons que ce pourrait être une base de calcul autrement intéressante....

     3 MELMAC A T-ELLE PU EXPLOSER ?

     

     

     Simulation d'une explosion terrestre, par lapech You tube. (Merci lapech)

      

    On a observé récemment une énorme explosion dans notre ciel austral2 : Nos astrophysiciens l'ont décrite ainsi :

     «Une explosion de rayons gamma d'une puissance jamais observée a été enregistrée en septembre 2008 par le nouveau télescope spatial américain Fermi, selon une communication publiée jeudi 19 février dans la revue Science. Cette déflagration, apparue dans la constellation de la Carène, s'est produite à une distance d'environ 12,2 milliards d'années lumière et a été l'équivalent de près de 9 000 supernovae explosant simultanément et émettant cinq fois autant d'énergie que le Soleil en moins de 60 secondes sous forme de rayons X et gamma, ont calculé les astrophysiciens.

     Les faits et les questionsLes faits et les questions

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous ne pouvons dire, au vu de cet article, la nature réelle du corps qui a explosé. En pour dire la vérité, nous ignorons dans quelle dimension nous vivons réellement. Nos scientifiques pensent, avec justesse, pour le moment, que le temps que parcourt la lumière indique l'âge de sa source. Si Melmac a explosé en 1757, la lumière de l explosion de melmac ne nous est pas encore parvenue : elle ne nous parviendra au mieux que dans 230 années lumière, autrement dit jamais.

    Alf n'est donc jamais parti, jamais arrivé et nous ne sommes pas là pour le recevoir, pas encore.

    Tout cela a t-il un sens ? Oui, car ce genre d'informations démontre que la vitesse des vaisseaux melmaciens est largement supérieure à celle de la lumière.

     

    Bien que sur notre planète la chose la plus renversante, la plus démentielle, et, la folie étant fascinante, la plus extraordinaire réalisée par les hommes soit la bombe nucléaire ( créée à plusieurs exemplaires svp), la certitude que notre planète puisse entièrement disparaître à cause d'elle nous laisse toujours incrédules. Une destruction partielle peut être, mais intégrale ? Permettez nous d'en douter. La Terre est une planète dont la densité est très importante ( 5 fois supérieure à celle de toutes les autres planètes de notre système solaire. ) Son noyau solide est situé à environ 6.000 km de la surface et recouvert d’enveloppes successives de roches et de terre constituant le manteau et l’écorce terrestre. Il faudrait l'atteindre pour provoquer une explosion possible de la terre. Si une énergie de 180 000 millions de tonnes de TNT (équivalence de l 'énergie dégagée par le tremblement de terre de 2010 au Chili) n'a pas fait disparaître le pays3, celle dont nous disposons à ce jour (d'environ +- 100 000 MWH d'énergie nucléaire d'après nos recherches* (?) très incomplètes nous l'avouons, car les scientifiques se mettent à bredouiller quand nous leur posons la question), serait des millions de fois insuffisantes pour faire complètement exploser toute la Terre.

    Les faits et les questions

     

    Quid de Melmac ? Une planète deux fois plus petite que la terre. Une planète de type tellurique puisqu'on trouve de l'or dans son sol, de l'uranium probablement et autres minéraux permettant la création de moteurs nucléaires.

    4 millions d'années d'avance civilisationnelle aurait-elles pu leur conférer une puissance de feu si destructrice sans leur conférer une certaine sagesse ? (même si l'une peut très bien aller sans l'autre) En réalité, l'état actuel de nos connaissances ne nous permet pas de déterminer si une planète peut intégralement exploser, à moins de sursauts gammas, ou de disparition de la gravité. Nous n'allons donc pas argumenter plus longtemps dans l'inconnu mais ne pouvons croire que la planète ait explosé4 : Alf et son vaisseau n'aurait pu y échapper!

    Nous avons donc là encore des raisons d'être perplexes, voire incrédules. Devons nous poursuivre l'énumération de nos doutes ?

     

    4 LES CONTACTS AVEC LES AMIS D'ALF AU TÉLÉPHONE

      

     

    Les faits et les questions

     

    Un jour de spleen, un contact est précipitamment établi avec des Melmaciens en goguette dans notre système

     Que remarquons nous lors ce premier contact ?

    Tout d'abord, Alf demande simplement des nouvelles des uns et des autres, Il ne s'inquiète pas du nombre de rescapés, ou de ce qu'il pourrait rester de la planète. Non, il reprend simplement une conversation interrompue. Comment ça va là haut ? Ainsi, il apprend que Rick et Stella, se sont mariés, (où et quand ?) et ont ouvert une boutique de bronzage sur Mercure.

    Skip fait une petite balade dans le secteur d'Andromède, tout près de chez nous, à environ 2,5 millions d' années lumière et suggère de repasser le lendemain soir ! Soit .24 h plus tard. Quant à Rhonda, qui est aussi en virée avec avec lui, elle prend du bon temps. Aucun n'a l'air particulièrement traumatisé par la perte de leur planète. Est ce dû à leur insouciance naturelle ?

    Alf envisage de repartir avec eux, mais où ? Ils ne le précisent ni l'un ni les autres, mais notre Alien change d'avis à la dernière minute. Il veut assister à l'anniversaire de Brian, et voir le prochain match de basket. Il veut rester encore un peu sur terre, puisque localisé par ses amis, la possibilité de repartir, tôt ou tard, vient de se matérialiser.

    Et en effet, trois ans plus tard, un nouveau contact est établi : les amis d'Alf ont acheté une planète pour en faire une nouvelle Melmac. Voilà bien un type de transaction qui nous est inconnu. Acheter une planète est peut être dans les habitudes commerciales Melmaciennes. N'est ce pas là un projet de joyeux conquérants, d'individus habitués à parcourir l'espace et à établir de nouveaux contacts, d'expansion telle que nous en connaissons sur terre ?

    Un peu lassé peut être de son existence terrestre, Alf décide cette fois de repartir et rendez vous est pris pour ce prochain voyage

     

    5- LE QUOTIDIEN D'ALF

     

    Alf parle toujours de Melmac au présent : bien sûr, on peut imaginer qu'un choc tel que la perte de sa planète ne peut atteindre totalement ou rapidement la conscience d'un rescapé. Quatre ans plus tard, notre forme de vie étrangère paraît tellement bien intégrée à son nouvel environnement qu'on ne peut s'empêcher de se poser des questions : comment peut on vivre en touriste quand on a perdu le monde d’où on vient ? Quel schéma mental particulier lui permet de soutenir l'épreuve avec la gaieté et l'insouciance qui le caractérise ?

    Et même si nous ignorons de quoi à l'air un Melmacien traumatisé, nous pouvons constater que le quotidien terrestre l'absorbe suffisamment. Il s'exclame même un jour, dans un moment d'oubli du conditionnel : « si un jour on me demande sur Melmac comment sont les humains, je répondrai : vous avez vu les cinglés au pensionnat ? » ou encore « quel dommage que maman ne puisse pas me voir si je deviens célèbre »

     

    Nous avons donc là encore des raisons d'être perplexes, voire incrédules...

     

     

     * Nous complèterons cette information dès que nous le pourrons.

    1Vitesse d'un météorite dans le système solaire

    2 le monde.fr

    3 8,8 sur l'échelle de Richter, décalant l'axe de rotation de la terre de 8 cm.

    4 Nous avons entendu parler de robots dont la fonction serait de détruire les planètes et qui auraient ainsi eu raison de Melmac. Ne vivant pas dans un roman de Douglas Adams, nous réfutons fermement cette thèse de jeu vidéo.