• La littérature

     A venir...

     

  •  

    Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1 

     

     

    Stefan C. LIMBRUNNER

     

      

    Les plus grands fans d’Alf, après les Américains sont les Allemands. Stefan C. LIMBRUNNER, blogueur et chercheur en cinéma nous livre ici une mine d’informations sur les acteurs, la genèse de la série, les auteurs et créateurs etc en une véritable enquête révélant des détails dont nous ignorions tout en France.

     

    C’est un véritable travail de fond, qui révèle l'homme passionné par son sujet, un hommage aux créateurs et participants de cette série si rigolote. L’article, traduit par nos soins est ici reproduit avec les photos de l’auteur, souvent inédites pour nous ! Il sera présenté en trois parties car il est très long.

    Voici donc les dessous de la série et ses coulisses, tantôt hilarantes, tantôt dramatiques et de prendre des notes.  Cet article a été publié le 13 août 2018 et l'auteur nous a autorisé à le traduire (de notre mieux) et à le publier à notre tour. Nous lui adressons nos plus sincères remerciements. 

    Nous avons utilisé les images de l'auteur pour accompagner son texte et tenté (et réussi quelquefois) de garder une mise en page similaire.

    Cet article a été écrit le 13 aout 2018  sur le blog : un cahier du cinema

    Bonne lecture !

     

     

      

     Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

     

     

    "Willie, je veux te parler de mes dernières volontés ... parlons de la paix éternelle ... j'imagine une pyramide ... rien de grand …" Gordon Shumway 

     
    ALF a frappé comme une bombe.
    Littéralement.
    Une bombe sur le toit du garage de la famille Tanner, résidant au 167 Hemdale Avenue, adresse fictive de la banlieue de Los Angeles. 

    Ce fut le crash de la décennie. 

     

    Malgré les évidentes similitudes du concept avec la sitcom des années 70 "Mork vom Ork", celle de l'anarchique Melmacien Gordon Shumway, alias ALF (Alien Life-Form ou FVE, forme de vie extraterrestre), s'est construite sur un discours apparemment basique, et des blagues à priori vaseuses qui se sont révélées par la suite plutôt drôles. La grande idiosyncrasie du personnage en a fait une icône de la culture pop et l’un des plus grands succès télévisés des années 80.

     

     

     

     

    Le vrai nom d’Alf est Gordon Shumway. Il est né le 28 octobre 1756, fils de Flo et Bob Shumway, sur Melmac, Sud Est de la planète. Mais tout comme ses deux plus jeunes frères et sœurs, Curtis et Augie, Il est le fils d’un couple légitime, déjà marié, ce qui est considéré comme honteux, voire immoral sur Melmac. Il mesure 1,06 m et est très attaché à son grand amour, Rhonda. 

     

    Une catastrophe nucléaire ayant complètement détruit la planète Melmac, Gordon a fui l’explosion dans son vaisseau spatial et s’est écrasé sur le toit du garage des Tanner, famille américaine typique.. Il réside désormais au 167 Hemdale, à Los Angeles, Californie, et vit la vie de sa nouvelle famille d'accueil.

    Comme tous les Allemands, j’ai rencontré l’être aux huit estomacs dès le 5 janvier 1988. J'avais 11 ans. Dans mon programme télévisé, FUNK UHR, (radio réveil) cette étrange série était décrite comme une "série de gags". Le mot comédie n'existait pas dans les pays germanophones, encore moins le terme sitcom. Alors série de "gags" :  Le mot me semblait étrange et quelque peu suggestif.  "Gags" ... brrrrr !

    Donc, tout d' abord, je ne l'ai pas regardée

    Ce n’est que lorsque à l’école, mes camarades se sont mis à m’appeler Alf – j’étais petit pour mon âge,ce qui me révoltait - que je me suis mis à regarder la série. J’ai compris alors qu’ils ne cherchaient pas à m’insulter car Alf était un type cool et craquant qui partageait même mon amour pour les chats (bien que dans un sens plus culinaire). J'avais mal compris le sens de ce surnom.

    La première fois que j'ai entendu «Zero Problemo» - prononcé par Tommy Piper - résonner dans le salon depuis le paravent en bois, j’ai compris, comme toute l’Allemagne, de quoi il s’agissait. La notion de gag fut une révélation nationale !   

    En fait, un an plus tard, j'ai nommé mon premier chat d'après la série : Lucky. Bien sûr, ce veinard n'a jamais atterri dans le grille-pain, il a vécu avec moi pendant près de deux décennies et ne s'est pas endormi avant 2006. Repose en paix, mon petit Schnupp.  

     Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

    Au moment où j'écris cet essai, bien du temps s’est écoulé. J’apprends que Paul Fusco et Tom Patchett, les créateurs de la série, préparent une nouvelle édition. J’ai donc envie de faire un retour en arrière, et de jeter un regard dans les coulisses et les secrets d’ALF (1986-1990) ...

    Quand je revois les anciens épisodes de "ALF" aujourd'hui, il me parait évident que cette série, en plus des " Simpsons", a façonné de manière décisive mon sens de l'humour.

     

     Mes recherches ont montré que ce n'est pas une coïncidence ! Tout d'abord, il est étonnant de constater que la série a gardé tout son attrait humoristique et demeure toujours aussi amusante 28 ans plus tard. Etonnant aussi la grande quantité de gags, les allusions humoristiques subversives et provocatrices.

    Et pourtant, durant toute la diffusion, la série a été sans cesse sur le point de s’arrêter !

     

    ALF :  Willie, écoute ça et dis-moi quand ça devient agaçant

     (ALF émet un son strident) 

    Willie : Ah non ! Arrête ! C’est irritant dès la première seconde !

    Lynn : et c’était quoi ça ? "

    ALF : C'était l'appel de l’amour  Melmacien ! ça te plait ?

    Lynn : C’est charmant 

    Willie : Et est-ce que c’est efficace ?

    ALF : en général, ça les rend inconscientes !

     

    Paul Fusco, diplômé en Communication, a fait ses classes à l'université où il a étudié la magie, les marionnettes et le ventriloquisme. Il était convaincu que la télévision était le support idéal pour le théâtre de marionnettes - un écran faisant office de scène et dont les bords, cachant parfaitement la présence de marionnettistes humains, renforçaient l'illusion. Au début des années 1980, Fusco signe un contrat avec Showtime pour une série de programmes et au fil du temps, un personnage émerge, que Fusco réserve pour une utilisation ultérieure : un extraterrestre malicieux et sexy à qui il donne le nom de ALF.

    Plus tard, Paul Fusco et Tom Patchett ont raconté dans l'interview "Out of This World" (hors de ce monde)
    de JAKE ROSSEN, comment cet extraterrestre a obtenu plus tard à sa propre émission :

     

     

           Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

       
     Paul Fusco (à gauche) sous le pouce de ALF

     

    PAUL FUSCO (Co-Créateur ): J'ai eu l'idée du spectacle et Disney a voulu l'acheter. Si vous travailliez pour Disney, ils possédaient tout. Ils vous possédaient corps et âme. Je ne pouvais concevoir de gérer quelque chose appelée "ALF de Walt Disney", alors j'ai refusé leur proposition.

     TOM PATCHETT (Co-Créateur, Auteur) : J'avais travaillé sur une émission intitulée Buffalo Bill avec Dabney Coleman. Le personnage principal était aussi culotté qu’ALF.  Mon responsable m'a dit qu'un marionnettiste du nom de Paul Fusco voulait me rencontrer parce qu'il aimait le spectacle. J'avais déjà travaillé sur deux films des Muppet et je me suis dit : "Mon Dieu, je ne sais pas trop."

    Paul FUSCO :
    Buffalo Bill correspondait à mon sens de l'humour. Nous nous sommes réunis et avons fondé Alien Productions. C'était vraiment important : quelquefois, il vaut mieux parier sur soi même, n’est ce pas ?

     
    Tom PACHETT: Je me souviens d'avoir rencontré Paul dans le bureau de Bernie Brillstein. Bernie ne connaissait pas Paul à l'époque.  Il s'est énervé :  "Que fait cette maudite marionnette ici ?" Il représentait alors  Jim Henson (créateur du Muppet Show) et ne voulait pas voir d'autres marionnettes. Il a ensuite regardé ALF et m'a dit: "Tom, j'ai un mot pour toi: merchandising." C'est du showbiz.

     FUSCO: J'avais l'habitude de l'amener à des soirées pour que les amis et la famille puissent s’amuser et travailler avec lui. J'étais une fois dans un club de comédie à New Haven pour le tester. La réaction de tous fut remarquable. Je savais que le personnage fonctionnait.
     

    PACHETT: L'ALF que j'ai vu à l’époque était très proche de celui avec qui nous avons tourné plus tard. Il a immédiatement fait un effet bœuf ! J'ai travaillé avec Henson et Frank Oz, qui était particulièrement brillants. J'ai connu les meilleurs marionnettistes, mais je pense que Paul Fusco les surpasse !

    FUSCO: Le sens de l'humour d’ ALF venait de Patchett. Il n'était pas politiquement correct, mais ressemblait un peu à Sophia des Golden Girls - les remarques n’étaient jamais méchantes, simplement d’une grande franchise.

      

    Willie : Tiens,  voici un puzzle

     Alf : il est cassé !

     Willie : mais c’est le but du jeu ; il faut remettre les pièces en place !

     Alf :  pourquoi ? Ce n’est pas moi qui l’ai cassé !

    Pendant deux ou trois ans, le marionnettiste Fusco et le producteur de télévision Tom Patchett ont tenté de vendre leur idée d’ALF. Sans succès
    Rejetés par tous les autres studios, ils ont finalement présenté leur idée à NBC. La station était encore sous le coup d’une mauvaise saison automnale et d’une série d'échecs. Tous les films pilotes de la saison avaient été complètement boudés par le public.

    Grâce à Patchett, ils ont pu rencontrer le président Brandon Tartikoff, l'homme qui avait lancé "Cheers" et "Les liens familiaux" avec Michael J. Fox sur NBC. 

     

    Cela ne s'est pas passé comme prévu.

     Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

        

    Conférence de production: ALF, Tom Patchett (avec les lunettes) et
    Paul Fusco.
       

     

    PACHETT:  Je devais réaliser un projet pilote pour NBC, j'ai alors amené Paul avec cette idée pour une série que nous avions développée.

    FUSCO: Nous avions organisé une réunion avec les personnalités de NBC :  Brandon, Leslie Lurie et Warren Littlefield. Je suis entré en portant Alf dans un sac poubelle et j'ai demandé où je pouvais faire ma lessive.

     
    PACHETT: Vous ne pouvez pas lancer avec succès une émission en prime time dont le personnage principal joue une marionnette si vous ne la voyez pas.

     
    FUSCO : Nous nous rendons donc dans cette salle de conférence et prenons place à cette longue table. J'ai jeté le sac en dessous. Brandon trônait en bout de table et j'étais assis à côté de lui, avec Tom à côté de moi. Nous expliquons alors le concept : Un Alien s'écrase sur la maison d’une famille avec laquelle il doit vivre. Je voyais, tandis que je décrivais la scène, que le regard de Brandon se teintait d’ennui. Et là, Bernie me chuchote : "Fais-le sortir."

    PACHETT : Il est impossible de voir ce que fait Paul avec ce personnage et ne pas rire.

    FUSCO :
    Je l’ai sorti et mis à côté de moi. Les gens sont restés silencieux. Ils ne s'y attendaient pas. Bernie (Brandon a dit: "Écoutez, avant de refuser l’idée, , nous voulons que vous fassiez la connaissance de ALF."

    PACHETT: C'est vraiment ce qui a brisé la glace.

    FUSCO : Alors ALF reste là et ne dit rien. Il regarde autour de la salle et observe tout le monde. Il regarde Brandon, et essuie son grand nez sur sa veste. Et là, tout le monde dans la salle s’est mis à rire ! 

    PACHETT: Puis Alf se met à insulter les gens

     

     FUSCO : Brandon s’est mis à parler à ALF et à établir un contact visuel. C'est à ce moment-là que j'ai su que c’était gagné. Il m'a demandé : "Pourquoi devrions-nous vous prendre sur notre chaine ?  ALF a répondu : "Parce que ta chaîne est foutue !"  

    Brandon Tartikoff, qui avait été sur le point de refuser ce  projet, cède car influencé par sa petite fille de quatre ans qui adorait le drôle de nounours géant avec ses 4 dents. Il donne son feu vert (et d'ailleurs il  tiendra plus tard son propre rôle de producteur de télévision dans l'épisode "à la bonne heure » interprété par l’acteur David Leisure, mais aussi dans l’épisode pilote de la série tourné au printemps 1986, et non diffusé à ce jour), et la série démarre.

    FUSCO : Le postulat de base était surtout celui de l’hôte qui ne peut pas s’en aller. Un être solitaire dans l’impossibilité de rentrer chez lui et envers qui il fallait avoir une immense compassion.

    Dorothy (la mère de Kate) qui est en train de déménager, entre furieuse chez les Tanners. 

    - Je devrais vraiment porter un écriteau avec écrit : tapez moi dessus ?

     Alf : Oh mais ça peut s’arranger facilement. Willie, apporte-moi un pinceau !

     

     Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

        

    Il a fallu plus de temps pour le casting. Max Wright, qui avait travaillé avec Tom Patchett dans la série "Buffalo Bill" était dès le départ pressenti pour un rôle et son audition a immédiatement commencé. Wright avait déjà une expérience télévisuelle dans des rôles épisodiques, dans "The Specialists on the Road" et "Buffalo Bill", occupant des rôles secondaires. Il a également joué de petits rôles dans des longs métrages comme "All That Jazz" et "Reds" de Warren Beatty, et excellé dans le rôle du Dr Josef Mengele dans le téléfilm primé "Playing for Time"d’après un scénario d'Arthur Miller.

    Max Wright était un acteur très recherché à Brodway pour les petits rôles : il a ainsi joué dans "The Cherry Orchard", "The Auditor", "The Basic Training de Pavlo Hummel" en 1977 et "Richard III" (en tant que second meurtrier) en 1978 aux côtés d'Al Pacino. En 1968 il joue, aux côtés du grand James Earl Jones, dans la légendaire première mondiale de "The Great White Hope"(L’insurgé)
     
    Willie Tanner est devenu son premier rôle principal.
     

     

    Anne Schedeen, dont le prénom est en réalité Luanne (et dont le nom de famille était autrefois Sjodin lorsque ses ancêtres ont émigré de Suède aux États-Unis) avait déjà une belle expérience quand elle s’est présentée à l'audition pour ALF . Elle avait suivi des cours d'art dramatique au Portland Civic Theatre, ainsi qu'à la Portland State University et au Fort Wright College de Spokane, dans l'État de Washington. Son premier emploi, qui ne payait guère que la chambre et la pension, a été dans un dîner-théâtre sur l'île de Kauai, après quoi elle a fait l’ Europe. De retour à New York, où elle occupe plusieurs petits jobs.Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

    En plus des apparitions dans des séries classiques des années 80 telles que "Magnum", "Simon et Simon", "Le meurtre est leur passe-temps" et "Cheers", elle a joué dans de nombreux films pilotes inédits, tenu un second rôle dans "Carrousel of the dolls", la maison de poupées, effectué 5 apparitions dans 3 rôles différents dans la grandiose sitcom des années 70 : "
    Heartbube with two ladies" (La compagnie des Trois) aux côtés du merveilleux John Ritter (et décédé trop tôt), où elle s'est brillamment affirmée et dont elle a affirmé que ce fut la plus belle expérience qu’elle ait jamais vécue.

     

    Kate Tanner est devenue son premier rôle principal dans la série. Lors du casting, elle a convaincu par la façon magistrale dont elle contrait la figure dominante de ALF

     

     Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

     

     

    Benjamin Hertzberg, qui, sous le nom de scène Benji Gregory avait déjà joué dans 19 productions télévisées et de nombreuses publicités. Une carrière démarrée depuis le berceau.

    Le Benjamin aux yeux bleus est né le 26 mai 1978 à Encino, Californie, USA. Ses parents étaient Manny et Patti, et il avait une sœur aînée, Becky, et un frère cadet, Matthew. Son père, son oncle et sa sœur étaient tous acteurs et sa grand-mère était agent artistique. Il a obtenu le rôle de Brian à l'âge de 8 ans.

     

     

    Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

     

    Pour les rôles du couple de voisins, Raquel et Trevor Ochmonek, on n’aurait pas pu rêver mieux que la vétérante du show-biz, Liz Sheridan (qui a eu une relation amoureuse avec James Dean avant sa carrière dans le théâtre, quand elle était encore danseuse, et qui jouera plus tard le rôle de la mère de Jerry Seinfeld dans la sitcom du même nom), et John LaMotta, non seulement acteur en activité depuis 1969, mais également boxeur amateur. C’était un sport de famille puisqu’il était le neveu du champion du monde de boxe Jake LaMotta – remarquablement interprété par Robert De Niro en 1980 dans le chef-d'œuvre de Scorsese,"Raging Bull" dans un jeu d’acteur qui est entré dans la légende.  

    Bernie Brillstein a plus tard commenté le casting: 

     

     

      

    Alf : Chouette, tout le monde est là, mais… où est Kate ? 

    Willie : sous la douche 

    Alf : Merci 

    Lynn : il ne va tout de même pas oser... 

    Willie : il pourrait !

    On entend Kate qui crie dans le fond: OOOOOHH 

    Willie :Il l’a fait ! 

    Alf : je l’ai trouvé ! 

    Willie : Alf tu ne dois pas aller voir les gens qui prennent leur douche 

    Alf : Je n’ai fait que l’entrevoir, j’ai simplement écarté le rideau

     

     

    Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

     

    Annonce originale de 1986 : les Tanners ont un visiteur… Et il a décidé de rester !

     

    ALF a fait ses débuts aux États-Unis le 22 septembre 1986. 

     

    C'était la première fois qu'un spectacle mettant en vedette une marionnette en tant que personnage principal, destiné à l'origine aux adultes, se déroulait aux heures de grande écoute.

    Tout sur Alf par Stefan C. LIMBRUNNER - Partie 1

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique