•  

    Gardes orbitaux, à vos postes de combat ! Catastrophe nucléaire en vue !!

     


    Alerte nucléaire

     

     1 - L'ARRIVÉE


     

    Alf fête ce soir là son anniversaire et s’apprête à sortir officiellement avec Rhonda. Quand soudain... une alerte générale retentit, annonçant l'imminence d'une catastrophe nucléaire. Une catastrophe en vue !

     

    Il se retrouve dans son vaisseau, éjecté de Melmac, embarqué dans sa propre catastrophe : perdu dans l'espace et s'écrasant sur terre dans la discrétion la plus totale. Pas d'explosion, pas de cratère : Même les si curieux Ochmonek ne réalisent pas qu'une catastrophe se produit à 5 mètres de chez eux. Vous avez dit étrange ? Quel genre de vaisseau peut s'écraser sur une maison sans provoquer la fermeture du quartier, voire de toute la région ?

     

    Notre univers lointain et proche est parcouru par d'innombrables météores : Plus de 80000 touchent notre sol . Mais ils sont généralement de très petite taille, assez petits pour subir l'attraction terrestre. Seuls les objets qui entrent dans notre atmosphère et sont capturés par la gravité terrestre peuvent TOMBER SUR TERRE. Et ils proviennent généralement de notre univers immédiat.

    Comparons le vaisseau d'Alf à un météoroïde et imaginons son comportement. Nos savants nous l'expliquent avec brio :

     

    « Un météoroïde pénètre dans l'atmosphère, à une vitesse qui varie de 11 à 72 km/s. La traînée atmosphérique provoque sa décélération jusqu'à une altitude de 20 km à partir duquel il s'éteint et réaccélère sous l'influence de la gravitation. Accélération et décélération s'équilibrent progressivement, il atteint sa vitesse finale, généralement de 90 à 180 m/s, lors de son impact ».

    Il faudrait donc que son vaisseau soit tombé en panne sèche après la pénétration du champ orbital terrestre, et ait dégringolé à cette vitesse cosmique. Et en imaginant un comportement semblable à celui d'une météorite plusieurs points peuvent etre soulevés :

    Même en subissant l'effet de freinage dû au frottement, le vaisseau aurait pris feu en entrant dans notre atmosphère - puisque sans angle de pénétration calculé par Alf et serait arrivé en fragments incandescents.

     

    En admettant qu'il n'ait pas brûlé, l'atterrissage aurait dû se solder par la formation d'un cratère d'au moins 10 m de diamètre,(nous comptons très serré) à une vitesse d'au moins 180 m/secondes

    Mais rien de tout cela n'est arrivé, et Alf est heureusement arrivé intact, dans un vaisseau intact, en assez bon état pour être loué quelques années plus tard, en douceur pourrait on dire....

     

    UN VAISSEAU INTACT, UNE ARRIVEE EN DOUCEUR : suspect, très suspect

     

    Nous avons donc déjà ici 2 raisons d'être perplexes, voire incrédules.

    Mais poursuivons courageusement :  

    Quelle pourrait être la probabilité pour que ce vaisseau Melmacien arrive chez nous qu'il soit en panne ou en bon état d'ailleurs ? Éjecté de l'amas de la Chevelure de Bérénice, ce vaisseau aurait du être soumis à plusieurs types d'attraction stellaires, heurté mille fois par des corps célestes en errance mus par leur propre énergie, s'embraser au contact de 1000 soleils...

    La probabilité est si minime que nous pouvons l'évaluer que comme étant strictement inférieure à 0,01 sur 1 milliard, autrement dit quasiment aucune.

    Or Alf réussi à parcourir plus de 230 années lumière dans un vaisseau tourbillonnant, dont le système de guidage est probablement endommagé par le souffle d'une explosion planétaire

     

    2 LA DURÉE DU VOYAGE DE GORDON SHUMWAY

      

    Supposons toujours (puisque ce qui est en bas est comme ce qui est en haut) qu'il se soit déplacé à la vitesse cosmique1 d'une météorite, telle que dans notre système solaire, comprise entre 11 et 72 km/s, et qu' il ait erré durant une année terrestre, sur une trajectoire de chute. Il parcourrait donc durant ce temps, sur la base de 72km à la seconde, une distance d'environ 438 000 kilomètres. C'est à peine plus que la distance de la Terre à la Lune. A cette vitesse, il serait encore en train d'arriver...

     

    Un an d'errance pour traverser une partie de l'hors galaxie et du système solaire, nous paraît à la fois peu et beaucoup. Peu au regard de nos véhicules les plus rapides, qui sont encore les avions, et beaucoup, au vu des distances que les melmaciens parcourent pour sortir le week end.

    Si nous partions de Pluton, nous savons qu'il nous faudrait, en allant à la vitesse de la lumière soit 300 000 km/s, 5,33 heures pour atteindre la terre. Et pour parcourir 230 a/l, à la vitesse de la lumière il nous faudrait 230 ans. 

    Ce voyage d'une année s'effectue donc dans des conditions de navigation optimale, à une allure supérieure des milliers de fois à la vitesse maximum que nous connaissons et qui est celle de la lumière (En effet, nous ignorons pour l'instant la vitesse à laquelle se déplacent les ténèbres, qui sont le contraire de la lumière) Gageons que ce pourrait être une base de calcul autrement intéressante....

     3 MELMAC A T-ELLE PU EXPLOSER ?

     

     

     Simulation d'une explosion terrestre, par lapech You tube. (Merci lapech)

      

    On a observé récemment une énorme explosion dans notre ciel austral2 : Nos astrophysiciens l'ont décrite ainsi :

     «Une explosion de rayons gamma d'une puissance jamais observée a été enregistrée en septembre 2008 par le nouveau télescope spatial américain Fermi, selon une communication publiée jeudi 19 février dans la revue Science. Cette déflagration, apparue dans la constellation de la Carène, s'est produite à une distance d'environ 12,2 milliards d'années lumière et a été l'équivalent de près de 9 000 supernovae explosant simultanément et émettant cinq fois autant d'énergie que le Soleil en moins de 60 secondes sous forme de rayons X et gamma, ont calculé les astrophysiciens.

     Les faits et les questionsLes faits et les questions

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous ne pouvons dire, au vu de cet article, la nature réelle du corps qui a explosé. En pour dire la vérité, nous ignorons dans quelle dimension nous vivons réellement. Nos scientifiques pensent, avec justesse, pour le moment, que le temps que parcourt la lumière indique l'âge de sa source. Si Melmac a explosé en 1757, la lumière de l explosion de melmac ne nous est pas encore parvenue : elle ne nous parviendra au mieux que dans 230 années lumière, autrement dit jamais.

    Alf n'est donc jamais parti, jamais arrivé et nous ne sommes pas là pour le recevoir, pas encore.

    Tout cela a t-il un sens ? Oui, car ce genre d'informations démontre que la vitesse des vaisseaux melmaciens est largement supérieure à celle de la lumière.

     

    Bien que sur notre planète la chose la plus renversante, la plus démentielle, et, la folie étant fascinante, la plus extraordinaire réalisée par les hommes soit la bombe nucléaire ( créée à plusieurs exemplaires svp), la certitude que notre planète puisse entièrement disparaître à cause d'elle nous laisse toujours incrédules. Une destruction partielle peut être, mais intégrale ? Permettez nous d'en douter. La Terre est une planète dont la densité est très importante ( 5 fois supérieure à celle de toutes les autres planètes de notre système solaire. ) Son noyau solide est situé à environ 6.000 km de la surface et recouvert d’enveloppes successives de roches et de terre constituant le manteau et l’écorce terrestre. Il faudrait l'atteindre pour provoquer une explosion possible de la terre. Si une énergie de 180 000 millions de tonnes de TNT (équivalence de l 'énergie dégagée par le tremblement de terre de 2010 au Chili) n'a pas fait disparaître le pays3, celle dont nous disposons à ce jour (d'environ +- 100 000 MWH d'énergie nucléaire d'après nos recherches* (?) très incomplètes nous l'avouons, car les scientifiques se mettent à bredouiller quand nous leur posons la question), serait des millions de fois insuffisantes pour faire complètement exploser toute la Terre.

    Les faits et les questions

     

    Quid de Melmac ? Une planète deux fois plus petite que la terre. Une planète de type tellurique puisqu'on trouve de l'or dans son sol, de l'uranium probablement et autres minéraux permettant la création de moteurs nucléaires.

    4 millions d'années d'avance civilisationnelle aurait-elles pu leur conférer une puissance de feu si destructrice sans leur conférer une certaine sagesse ? (même si l'une peut très bien aller sans l'autre) En réalité, l'état actuel de nos connaissances ne nous permet pas de déterminer si une planète peut intégralement exploser, à moins de sursauts gammas, ou de disparition de la gravité. Nous n'allons donc pas argumenter plus longtemps dans l'inconnu mais ne pouvons croire que la planète ait explosé4 : Alf et son vaisseau n'aurait pu y échapper!

    Nous avons donc là encore des raisons d'être perplexes, voire incrédules. Devons nous poursuivre l'énumération de nos doutes ?

     

    4 LES CONTACTS AVEC LES AMIS D'ALF AU TÉLÉPHONE

      

     

    Les faits et les questions

     

    Un jour de spleen, un contact est précipitamment établi avec des Melmaciens en goguette dans notre système

     Que remarquons nous lors ce premier contact ?

    Tout d'abord, Alf demande simplement des nouvelles des uns et des autres, Il ne s'inquiète pas du nombre de rescapés, ou de ce qu'il pourrait rester de la planète. Non, il reprend simplement une conversation interrompue. Comment ça va là haut ? Ainsi, il apprend que Rick et Stella, se sont mariés, (où et quand ?) et ont ouvert une boutique de bronzage sur Mercure.

    Skip fait une petite balade dans le secteur d'Andromède, tout près de chez nous, à environ 2,5 millions d' années lumière et suggère de repasser le lendemain soir ! Soit .24 h plus tard. Quant à Rhonda, qui est aussi en virée avec avec lui, elle prend du bon temps. Aucun n'a l'air particulièrement traumatisé par la perte de leur planète. Est ce dû à leur insouciance naturelle ?

    Alf envisage de repartir avec eux, mais où ? Ils ne le précisent ni l'un ni les autres, mais notre Alien change d'avis à la dernière minute. Il veut assister à l'anniversaire de Brian, et voir le prochain match de basket. Il veut rester encore un peu sur terre, puisque localisé par ses amis, la possibilité de repartir, tôt ou tard, vient de se matérialiser.

    Et en effet, trois ans plus tard, un nouveau contact est établi : les amis d'Alf ont acheté une planète pour en faire une nouvelle Melmac. Voilà bien un type de transaction qui nous est inconnu. Acheter une planète est peut être dans les habitudes commerciales Melmaciennes. N'est ce pas là un projet de joyeux conquérants, d'individus habitués à parcourir l'espace et à établir de nouveaux contacts, d'expansion telle que nous en connaissons sur terre ?

    Un peu lassé peut être de son existence terrestre, Alf décide cette fois de repartir et rendez vous est pris pour ce prochain voyage

     

    5- LE QUOTIDIEN D'ALF

     

    Alf parle toujours de Melmac au présent : bien sûr, on peut imaginer qu'un choc tel que la perte de sa planète ne peut atteindre totalement ou rapidement la conscience d'un rescapé. Quatre ans plus tard, notre forme de vie étrangère paraît tellement bien intégrée à son nouvel environnement qu'on ne peut s'empêcher de se poser des questions : comment peut on vivre en touriste quand on a perdu le monde d’où on vient ? Quel schéma mental particulier lui permet de soutenir l'épreuve avec la gaieté et l'insouciance qui le caractérise ?

    Et même si nous ignorons de quoi à l'air un Melmacien traumatisé, nous pouvons constater que le quotidien terrestre l'absorbe suffisamment. Il s'exclame même un jour, dans un moment d'oubli du conditionnel : « si un jour on me demande sur Melmac comment sont les humains, je répondrai : vous avez vu les cinglés au pensionnat ? » ou encore « quel dommage que maman ne puisse pas me voir si je deviens célèbre »

     

    Nous avons donc là encore des raisons d'être perplexes, voire incrédules...

     

     

     * Nous complèterons cette information dès que nous le pourrons.

    1Vitesse d'un météorite dans le système solaire

    2 le monde.fr

    3 8,8 sur l'échelle de Richter, décalant l'axe de rotation de la terre de 8 cm.

    4 Nous avons entendu parler de robots dont la fonction serait de détruire les planètes et qui auraient ainsi eu raison de Melmac. Ne vivant pas dans un roman de Douglas Adams, nous réfutons fermement cette thèse de jeu vidéo.

     


  • Conduire mon vaisseau ? On tourne la clé et hop, il s'envole ! (G.S)

     

     Des réponses

     

     

    LES RÉPONSES TIRÉES DE NOTRE CERTITUDE THÉORIQUE

     

    Alf quitte Melmac dans un vaisseau en parfait état de fonctionnement.

    1 Il affirme s'être arrêté sur ALVIN, satellite de Pluton, pour se restaurer. Il a donc pu se poser puis redécoller. Il n'y est pas resté car son voyage n'était pas terminé   

    2 Le système de transmission (communication) est parfaitement opérationnel : il s'en est servi deux ans plus tard pour fausser les taux d'écoute audimat. (S2E5) Quant au module de guidage, il a déclenché le système anti gravité pour un atterrissage en douceur. Il n'a causé qu'un émoi ténu et des dégâts très circonscrits en se posant sur le garage

    3 Une fois posé, le moteur (nucléaire) s'est peut être arrêté de fonctionner mais n'a causé aucune augmentation de la radioactivité locale.Quelqu'un l'aurait forcément remarqué, ne serait ce qu'un an ou deux après cette discrète arrivée.

    La durée du voyage dans l'hyperespace est à nos yeux, extrêmement courte, bien que longue pour Alf. Il vogue en effet à une vitesse supraluminique, sur une route stellaire qui emprunte des trous de vers, sortes de raccourcis dûment répertoriés, ainsi que des courants de l'espace sur lesquels il a pu surfer, accélérant ainsi sa vitesse initiale.

     

    Quand Alf se croit en perdition, à la recherche d'une nouvelle maison il est en réalité propulsé sur un chemin bien balisé, direction la Terre. Ralenti à certains moments, puis accéléré, Alf se trouve dans un vaisseau téléguidé depuis Melmac. Quelques arrêts, des retours en arrière pour qu'il se croit perdu, une chute libre contrôlée à 20 km au dessus du sol terrestre et le tour est joué.

     Des réponses

    Car un type qui s'écrase à Mach 16, - d'après les dires d'Alf, qui comme nous le constatons tout au long de son séjour est plutôt fâché avec les chiffres - soit environ 20 000 km/h - et après un bref évanouissement reprend illico ses esprits, témoigne d'une sacrée résistance physique. On ne peut qu'en déduire que le dit appareil allait à une vitesse contrôlée et était, de par sa conception technologique, en mesure d'absorber le choc et le bruit provoqué par sa chute, sans créer un cratère d'au moins 10 m de diamètre, détruire son occupant et le quartier des Tanner.

     

    Nous assistons donc à un son et lumière à l'usage exclusif de la famille Tanner, un spectacle mettant en scène la « pose » d' un vaisseau sur le toit d'un garage

    Des réponses

    Des réponses

    Beaucoup de bruit pour pas grand chose !

     La région Tri planétaire

     

    Quand à l'explosion de Melmac...

    Gordon Alf Shumway donne plusieurs versions expliquant la disparition de sa planète

     

    1. Elle aurait explosé une nuit alors qu'il était dans son vaisseau de surveillance orbital

    2. Une catastrophe nucléaire a eu raison de Melmac

    3. tous les Melmaciens, sauf Alf bien sûr, auraient branché leurs rasoirs électriques,en même temps, provoquant alors l'explosion de la planète.

     

    Cette dernière explication, trop fantaisiste pour que nous nous y attardions, traduit simplement l'humour d' Alf. Ou sa confusion. Nous n'insisterons pas non plus sur le fait que l'objet à la mode à ce moment là était le « nucléopac », petite centrale nucléaire personnelle : Même si tout le monde était équipé à ce stade de nouveauté, il aurait fallu un sacré défaut de fabrication pour qu'ils explosent tous en même temps.

     

    Or, L'origine de la fuite d'Alf nous est donnée : une alerte est lancée un soir de fête.

    Alf, au restaurant en compagnie de Skip et Rick, ses deux meilleurs amis, devise tranquillement quand l'appel retentit. Il s'en va précipitamment, provoquant l'étonnement de Skip qui dit cette chose étrange : « Mais pourquoi il a filé ? Passes moi donc son assiette ! »

    La menace aurait elle résonné aux seules oreilles de Gordon ? S'agit il d'un exercice habituel de simulation un peu comme celui de la sirène les premiers mercredi de chaque mois résonnant sur la France ? « Un samedi soir par mois, alerte, catastrophe nucléaire en vue » ?!!

     

    La situation politique de Melmac, au moment ou Alf quitte la planète est des plus stables. Si elle connaît quelque cas de délinquance, voire de banditisme, Alf n'évoque jamais de conflits sociaux ou territoriaux.

    L'unique guerre connue par Melmac a eu pour cause un conflit musical lors duquel le légendaire héros de guerre, le General Quitag L. Shumway aurait donné un coup de pied à un musicien qui s'obstinait à jouer dans la tonalité de sol majeur. On ignore même à quand elle remonte.

    Heureuse planète ou les individus ne croient pas en nos notions de races, de droit du sol ou de « bonnes guerres ». Les Melmaciens sont à ce moment là en villégiature d'été (le départ d'Alf a lieu en juillet ) et tout va pour le mieux dans le meilleur des Melmac.

    Les gardes orbitaux, que leur fonction amène au delà des frontières planétaires n'ont à faire face qu'à des conflits « mineurs ne dépassant pas la petite injure ». De petites histoires de mecs quoi, sans répercussion politique !

     

    En outre, Melmac a, avec ses plus proches voisins, des échanges culturels et commerciaux des plus courtois et des plus juteux, et la paix règne dans la région tri-planétaire. Il n'y a donc aucune cause de conflits à l'horizon.

    En réalité, ce qui saute aux yeux, et aux oreilles, c'est que Alf ignore ce qui s'est passé et pire, ce qui lui est personnellement arrivé. Il va un jour jusqu'à rétorquer à Willy que l'explosion de sa planète n'a rien à voir avec la violence. Rappelons en le contexte : Brian revient de l'école après une bagarre avec un camarade. À Alf, qui explique qu'il faut répondre à la violence par la violence, Willy fait la remarque suivante :

    — Mais tu es fou ? Tu ne te rappelles pas ce qui est arrivé à ta planète ?

    — Elle a explosé au cours d'un holocauste nucléaire, et alors ?

    — Et alors tu ne vois pas le rapport ?

    — Il y a un rapport ?

     

    Barry aurait il exigé un « holocauste » ? Soit Alf est fou, ou idiot, ou rien de tout cela, ce qui est certain, c'est qu'il ne se rappelle aucune violence.

     

    Il est cependant bien persuadé que sa planète a explosé; planète qu'il a, souvenons nous en, du mal à localiser. Comment et pourquoi a t' il dérivé un an durant jusqu'à Los Angeles ? Il ne peut l'expliquer. Pourquoi Los Angeles ? Pourquoi pas ?

    A t' il, après l'alerte, paniqué une fois dans son vaisseau et appuyé par mégarde sur un bouton qui l'a éjecté de la planète ?

    S'agit il d'une explosion localisée, et dans ce cas pourquoi n'a t' il pas rejoint le sol ? Que s'est t-il passé entre le moment de l'alerte et celui ou Alf s'est retrouvé dans son vaisseau ? Nous pouvons toujours nous le demander mais ce n'est pas lui qui nous donnera la réponse. Il n'en sait rien et ne se pose jamais la question. Il y donc là une situation mentale aberrante sur laquelle nous voulons lever le voile, car nous n'avons que ses dires confus et incomplets quant à la supposée disparition de sa planète. Et ces informations ne prouvent pas que Melmac a disparu. Elles nous indique bien au contraire, que Melmac n'a certainement jamais explosé.

     

    En voici les raisons :

     

    Dans une explosion planétaire de type nucléaire telle que nous les connaissons, tout l'espace environnant aurait été aspiré puis rejeté : le vaisseau d'Alf et Alf lui même auraient été réduits en confettis frits. Et s'il avait été assez éloigné, l’électronique composant son vaisseau aurait grillé, touchés par l'impulsion électromagnétique des rayons X projetés dans toutes les directions, puisque non arrêtés par une atmosphère.

    Nous le répétons, Alf n'aurait eu aucune chance d'y échapper. Voilà pour les dégâts immédiats

    Des réponses

    D'autre part, nous le répétons, l'état actuel de nos connaissances ne connaissent que le sursaut gamma en tant qu « émission d'énergie la plus puissante de l'univers : il résulte de l'explosion d'une étoile, autrement dit d'un corps différent de celui d'une planète, puisqu'émettant de l'énergie, de la lumière, sorte de boule de gaz soumise à des réactions nucléaires internes et externes. Et si ses effets peuvent détruire une planète, aucun effet d'un événement de ce type n'a été enregistré en 1985, date à laquelle plusieurs de nos sondes parcourait l'univers, ni plus tard. Si nous n'avons rien remarqué, c'est qu'il ne s'est rien produit. Ou du moins pas encore. (voir la vitesse de la lumière et le mode de datation des évènements stellaires)

    Pour les plus studieux, voici une petite leçon sur les sursauts Gamma :

      

    Enfin, nous voyons des Melmaciens en balade dans l'univers : quoi de plus banal ? Capables de géolocaliser n'importe quelle position sur terre (1E7), ce sont de grands voyageurs qui adorent partir en exploration. Il n'est que de se remémorer les diverses excursions de Gordon. Les amis de Gordon ne sont donc ni des rescapés, ni des errants, et nous ne pouvons croire un instant qu'ils pourraient laisser un seul de leur congénère en exil. Ils connaissent certainement les raisons de sa présence sur terre, n'éprouvant aucune curiosité particulière à ce sujet. Nous l'avions vu dans un chapitre précédent (célestespatialisation) : des Melmaciens rôdent autour de la terre, branchés sur le 167 Hemdale, puisque contacté par Willy par appel radio ils répondent presqu'aussitôt : on est loin des 146 ans (évoqués par Alf) nécessaires à la transmission d'un message vers Andromède.

     

    Pour conclure, voici encore une dernière preuve subtilement évoquée lors de l'histoire de Gordon Shumway :

     

    Lors d'un devoir de science de Brian, Alf affirme que notre système solaire compte 10 planètes. Les deux dernières étant proche de Pluton (qui souvenons nous en était encore une planète en 2009 et se nommant Dave et Alvin. Il s'avère que Dave est Chiron,(ou en français Charon) et nous pouvons croire aujourd'hui qu'Alvin pourrait être Hydra ou Nix, considérés comme des astéroÏdes de Pluton.

    Des réponses

     

    Pour le prouver, il sort son guide du ciel ou Dave est nomenclaturé en G6, comme nos cartes de quartier. Et l'on entend Willy, stupéfait ,lire ceci : « Mileage between cities , Melmac, San Francisco.(distance entre villes:Melmac San Francisco) Il relève la tête, les yeux exorbités, incertain de ce qu'il croit comprendre. Mais nous, nous avons compris !Le voyage était programmé, dûment cartographié et Alf possède la carte sur laquelle est portée sa destination.Inouï!n'est ce pas ?! (Vidéo à venir)

     
    ALORS QUOI ? Que fait cet extraterrestre chez nous?

     

      

     

     

    vaisseau spatial Ferrari : turbo.fr

    Sursauts gammas : you tube





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique