• I - CHEZ LES TANNER

     Ce sont de braves gens, c'est comme un petit troupeau (G.S)

     

     

    Alf est un mâle dominant : il s'institue d'emblée chef de meute avec, en filigrane, la souplesse qui caractérise le Melmacien qui vit chez autrui. Malgré les tentatives sporadiques d'autorité de Willy et la fermeté de caractère de Kate, c'est lui qui mène le train. Après sa capture par les forces anti extraterrestres quelques années plus tard, le commandant Millefeuille affirmera que « l'alien a tenu en otage la famille Tanner durant 4 ans ». Et c'est vraiment l'impression que nous aussi avons par moment : l'omniprésence physique et verbale d'Alf, le fait qu'il faille le protéger de lui même, de ses « élans de générosité » et du monde extérieur, les perpétuels dégâts qu'il occasionne dans la maison, ses exigences et ses caprices, l'influence qu'il a sur Lynn qui le soutient toujours et sur Brian qui le suit aveuglément dans ses farces font de son séjour une épreuve de force pour cette famille d'accueil et l'emprisonnent dans une permanente vigilance.
    Empêchée de travailler (pour Kate), de recevoir des amis, obligés de jouer à cache cache avec leurs voisins, la surveillance constante dont il est l'objet, et qu'il déjoue toujours, mobilise tout leur temps et leur énergie, les enfermant dans un modus vivendi qui les marginalise quelque peu.

     

     

     

     

     

     

     

      

      

      

      

    Prisonniers de l'affection qu'ils ont pour Alf, ils ne peuvent que parer toujours à ses désastreuses initiatives, surtout quand il convie le monde extérieur à la maison : représentants divers et variés, journalistes de magazine à sensation, préparation d'un communiqué de presse pour se révéler au monde, fugue dans un couvent, malheureusement pour Alf, dédié au silence.

    C'est qu'ils tiennent à leur extraterrestre ! Ils veillent non seulement à sa sécurité mais aussi à son bien être moral et psychologique. Ils sauront l'entourer lors de la perte tragique de ses fourmis et de la mort de tonton Albert, ne ratant jamais l'occasion, surtout Willy, de lui déclarer leur amour. C'est un membre de la famille à part entière !

     

    En quatre ans, les interventions d'Alf auront eu pour résultat la mobilisation permanente de cette famille Américaine.

    Alf, qui considère d'ailleurs qu'il leur a volé leur cœur et que ma foi, il est à la tête d'une sorte de « petit troupeau »  usera et abusera de leur gentillesse. On ne peut qu'admirer la force d'âme des Tanner qui réussissent à garder le secret sur sa présence durant quatre longues années. Révéler au monde qu'un alien a débarqué chez soi pour casser la vaisselle et vider le frigo ? Impossible !

    Mais il y n'y a pas que les humains avec qui composer : Alf découvre, traumatisé, les tremblements de terre, les caprices de la pesanteur, quand il lance trop loin les ballons par exemple, les bonheurs et malheurs du camping. Il fait le plein d'émotions à Noël, découvre le désert qu'il confond avec la mer, au grand dam de Willy qui manque mourir de soif lors d'une chasse au trésor.

     La faune locale offrent à notre « Monsieur la Science » des terreurs scientifiques ! Limaces en armure, araignées, serpent d'eau. Mais il y a aussi de bons côtés : Alf se régale d'avocats verreux, se dispute avec la chienne Alfina, devient éleveur de fourmis, bestioles auxquelles il s'attache passionnément. Il s'attachera aussi, bon gré mal gré, à Lucky, le chat de la famille. Et s'il a peur du noir, il tient à prouver qu'il est aussi brave que n'importe qui en campant dans le jardin avec Brian et avec l'aide de Jack Ochmonek !

     

    ---------------------------------------------------------- 

     

     II - ALF ET LA TELEVISION

    Avec la télévision tu peux jouer avec le monde quand tu veux, comme tu veux ( G.S)

    On peut décrire notre extraterrestre comme le parfait petit consommateur tv, l'Alf de moins de 300 ans.

    La télécommande est l'instrument qui lui permet de « jouer avec le monde comme il veut, quant il veut ». Complètement « accro » à la télévision qui lui permet de découvrir la vie sur terre, Alf est capable de rester douze heures d'affilée devant l'écran sans aller aux toilettes. Ça, c'est grandiose ! Il n'hésite pas à participer aux émissions ou autres jeux, intervenant ou écrivant pour donner son opinion, quelquefois pertinente, mais pas toujours, aux animateurs, voire au président des États-Unis. D'un autre coté, sa naïveté le fait souvent prendre pour argent comptant les promesses télévisuelles. Grand amateur de films d'horreur, même s'ils l'effraient, de dessin animé, de Bergman1 qu'il cite souvent, ou d'émission d'informations, il ne comprend pas toujours ce qu'il voit ou entend, quid du concours de Miss, qu'il confond avec une réunion au sommet aux nations unies. Tout lui paraît vrai : Il rit, crie ou pleure devant le spectacle.

    La lecture de la presse à sensation est aussi une des activités préférées d'Alf, c'est une vraie midinette. Il croit tout ce qu'il lit (sauf quand il y a marqué « incassable », que Elvis est toujours vivant, qu'il est possible d'apprendre la télépathie en une demi journée, écrit à Superman ou espère gagner un appartement ou une chevrolet en faisant venir des représentants à la maison, au grand désespoir des Tanner !

      

     

     

     

     Et évidemment il est abonné à toutes sortes de magazines, dont « chat magazine », sauf qu'il n'y a pas de recettes de cuisine dedans. Dommage pour Alf !

     

    Alf vit dans un univers plutôt sécurisé : il affectionne les sitcoms, les séries brésiliennes, les jeux ou émissions musicales. Et quant la télé tombe en panne, il a les nerfs qui lâchent. Nous ne connaissons pas les réactions d'Alf lorsque les journaux ou la télévision parlent de la violence qui règne sur terre. Elle pénètre apparemment peu chez les Tanner sauf en cas de force majeure. Mais les films d'Hitchcok l'influence assez pour qu'un jour il persuade les Tanner  que Trevor Ochmonek a assassiné sa femme, provoquant une fois de plus une situation inconfortable entre voisins.

    Il garde quand même un esprit critique et caustique quant aux dires politiques ou sociaux de Willy, ne croit pas vraiment que "des camps scouts sont organisés en Amérique centrale ou que le golfe persique soit un parc d'attraction géant." Non, il sait qu'il se passe des choses affreuses sur Terre.

     

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

    Mais on l'imagine très bien trouvant des solutions à son niveau : embrasser l'adversaire, s'occuper du chat des gens violents ( comme le jour où Brian se fait frapper par un camarade de classe et qu'Alf propose de « s' occuper du chat » pendant que les humains régleront le problème).

    Certaines informations télévisées le poussent pourtant à se sentir assez concerné pour qu'il se comporte en militant :

    Lors d'une émission évoquant le risque nucléaire, Alf prétend intervenir, fort de son vécu, et donner son avis sur la bombe, déclenchant une cascade d’événements qui conduiront Willy tout droit en prison. Contribution au problème : nulle !

    La seconde fois, il s'agit de la pollution de la couche d'ozone par une entreprise dont il fera le siège à coup de lettres enflammées et menaçantes. Alf, qui a perdu une planète, avance des arguments forts et s'implique énormément dans ce combat contre les CFC.

    Combat perdu là aussi car Willy devra négocier avec cette société pour éviter un procès ruineux pour menaces de mort émises par Alf !

    Il n'est peut-être pas toujours facile d'être citoyen de la terre mais certains sujets titillent son intelligence et il n'hésite pas à rappeler aux humains leur irresponsabilité.

    Il participera d'ailleurs plus tard à des campagnes télévisées de sensibilisation à l'environnement, rappelant à tous que nous n'avons qu'une planète et qu'il faut préserver sa beauté, en échange, pensons nous sans trop nous avancer, d'un confortable cachet pour sa prestation.

     

      

    Alf à la télé pour la protection de l'environnement !

    1Bergman : cinéaste et réalisateur suédois